D&D n°837 – Une lecture fatiguante

« Chefs d’œuvre du fantastique, de E. T. A. Hoffmann à Stephen King », réunis par Jacques Goimard

Plein de bonne volonté et de désir de m’instruire, je reprends cet omnibus, de la page 337 à 560.

On commence par un classsique, Le Horla de Guy de Maupassant dont je ne me souvenais pas, ni de l’histoire tout en non-dit, ni du style que je pensais plus simple. Et c’est un peu pareil pour le suivant Comment l’amour s’imposa au Professeur Guildea de Robert Hichens. Lokis de Prosper Mérimée,un peu plus  explicite est déjà plus intéressant. Un ours-garou, quand même ! Le Olalla de Robert-Louis Stevenson m’a déçu pour un Stevenson.

Et boum ! Juste derrière c’est de l’horreur  pure avec Le radeau de Stephen King. Vraiment très explicite.Après les précédents textes, c’est violent.

Puis c’est le meilleur de cette série, Père et fille de Thomas Owen, un juste équilibre entre une écriture soignée et une histoire fantastique. Ça m’a donné envie de  chercher les Owen dans ma bibal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s