D&D n°827 – Pas fatiguant

« Thya » (La voie des Oracles, I) de Estelle Faye

Je vous avais dit tout le bien que je pensais de l’imagination et du style de la dame dans un post-apo parisien et romantique. Logique que je commande d’autres ouvrages d’Estelle. Mais, malgré ses prix, c’est de la fantasy (hum) jeunesse (aïe !). Nonobstant, je prends mon courage à deux yeux et j’entame le bouquin.

Ben, heureusement, ce n’est pas vraiment « jeunesse ». Si l’héroïne n’a que 16 ans, c’est déjà un caractère bien trempé qui ne nous ennuie pas avec des amourettes ridicules. Quant à la fantasy, indubitable, elle ne se passe pas dans un royaume enchanté mais chez nous, en Gaule, au Ve siècle, quand l’Empire Romain commence à battre de l’aile. Fille de général des armées romaines. Thya est une Oracle, qui voit l’avenir. Les Romains sont déjà bien cathos grave et éliminent tous ces restes du vieux monde et des vieux dieux. Mais il en survit encore, quelques uns, des gentils qui vont aider la jeune fille et des méchants qui vont l’embêter. Thya a un frère, particulièrement antipathique qui a des ambitions de sénateur et tente d’assassiner leur père.

Dans une espèce de quête (on est dans la fantasy, quand même), elle va s’enfuir avec Enoch, un maquilleur dragueur mais pas que et un vieux soldat de son père. Leur voyage agité les mènera dans un endroit où il s’est passé beaucoup de choses vingt ans avant.

C’est vraiment très facile à lire et la Gaule uchronique avec faunes, ondines et anciens dieux fatigués offre un cadre original.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s