D&D n°763 – La magie à vapeur subtile

 

« Le Paris des Merveilles. II. L’élixir d’oubli » de Pierre Pevel

Sans doute passe-je par une période de bonne humeur, histoire de contrarier mon pseudo, mais j’ai lu avec avidité et plaisir ce tome II, peu après le tome I.

Sur une autre trilogie de l’auteur, façon mousquetaires et dragons, j’avais calé au milieu de deuxième volet. Mais là, pas du tout, les aventures extraordinaires du mage Griffont et de la belle enchanteresse Isabel m’ont tenu en haleine, le sourire aux lèvres, tout du long.  Je ne comprends pas vraiment pourquoi mais le fait est. L’élégance des personnages, d’esprit comme de costumes, s’accorde parfaitement avec le style à l’ancienne mais pas trop qui sait rester léger et alerte.

On y rencontre,  steampunk oblige, des personnages célèbres comme Lupin et Lord Dunsany en ce début de XXe siècle, ou  Cartouche dans le long flashback au XVIIIe, et même Merlin ! Mais ils apparaissent presque naturellement dans l’histoire, sans aucune lourdeur.

Alors non, il n’y a pas plus de message philosophique ou moral dans cette trilogie que dans la précédente mais cette fois je n’en ai pas éprouvé le manque. La légèreté et l’élégance seraient-elles des remèdes à la mélancolie ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s