D&D n°722 – Un rompol grec

 

index

« Epilogue meurtrier » de Petros Markaris

Votre Henri qui aime l’aventure n’a encore jamais lu de polar grec. Alors il essaye cet auteur. best-seller en Grèce et en Allemagne.

Ben c’est raté et je ne finirai pas : page 170 sur 275, je m’ennuie toujours, n’en ai rien à faire de connaître le meurtrier et n’éprouve aucune sympathie pour aucun des personnages.

Alors oui, c’est socialement engagé et la société grecque d’aujourd’hui est décrite dans toute sa pauvreté (le commissaire prend le tramway et mange des haricots) et sa violence raciste (Aube Dorée tabasse la fille du flic, avocate des sans-papiers africains).

Mais je n’accroche pas. C’est écrit au présent (pas ce que je préfère), les noms grecs nombreux me sont difficiles à retenir et, ne connaissant pas les rues d’Athènes, les trajets pour aller d’un endroit à un autre m’indiffèrent. Il est fait souvent référence à la guerre civile (l’époque des colonels) et à son implication pour les familles déchirées par des opinions différentes, comme du rôle pivot de l’Allemagne depuis ces générations jusqu’à l’Europe d’aujourd’hui. Toute cette histoire est supposée connue du lecteur, l’auteur restant neutre sur ces questions.

J’ai beau apprécier le dépaysement dans les polars, d’habitude, je n’achèterai plus  du Markaris.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s