D&D n°715 – C’est pas du Shakespeare

 

51tvmzzwq3l-_sx195_

« Un tueur sous la pluie » de Raymond Chandler

Ce bouquin est annoncé en couverture comme un « polar culte présenté par Gunnar Staalesen ». Il s’agit en fait de trois nouvelles , dont une inédite en français, du début de carrière de l’auteur et qu’il ne souhaitait pas republier, donc  ni un roman ni culte. Ne se moquerait-on pas légèrement du monde chez Folio Policier ?

Sinon, Gunnar compare Chandler à Shakespeare ! Faut oser. Il n’y a aucun fond dans ces nouvelles, philosophique, sociologique, métaphysique ou autre.  Sans parler de l’absence de psychologie des personnages. Le privé s’appelle Dalmas ou Carmady mais c’est le même que Marlowe.

Par contre, pour la forme, ça déménage. Des  chapitres courts, de l’action incessante, beaucoup de poésie dans les paysages, de détails dans les descriptions des personnages et de leurs vêtements (dommage d’ailleurs, parce que plus personne ne s’habille comme ça aujourd’hui) et, remarquable, des explosions d’humour dans les comparaisons (« un sourire qui lui pendait aux lèvres comme les toiles d’araignée d’un vieux plafond », ou, à propos d’un ex-boxeur « son visage avait reçu tout ce qui était possible, sauf peut-être le Pont de Brooklyn ».)

J’avoue de pas avoir compris grand-chose à la résolution des intrigues emberlificotées, sauf la dernière, mais l’important n’est pas là.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s