D&D n°696 – Du bon quoique marécageux.

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

« Les Marécages » de Joe R. Lansdale

Au Texas on dit The Bottoms (titre original) pour ces régions marécageuses de l’Est de l’état. Alors oui c’était encore très chaud, boueux, sauvage et dangereux dans les années 30’, époque à laquelle se déroule cette histoire. C’est un vieux qui raconte ses 11-12 ans, sa vie de petit blanc dans un bled paumé où le racisme était vivace et le Klan très présent. Il découvre le cadavre mutilé d’une femme noire et va suivre l’enquête avec son père constable, avec son chien et sa petite sœur ou avec sa grand-mère délurée. D’autres victimes sont découvertes et on accuse à tort un vieux noir qui était leur pote.

C’est bien fait et bien raconté, pas misérabiliste en dépit de la pauvreté de tous ces gens. On frise Steinbeck, des fois, me suis-je dit. Heureusement, ce n’est pas un livre pour la jeunesse malgré l’âge du narrateur. Le ton est très différent du roman précédent, plus grave. Le message antiraciste est clair et puissant.

Il y a aussi la recherche d’un assassin en série particulièrement ignoble et le lecteur n’est pas au bout de ses surprises.

Ce roman a gagné des prix, mérités à mon avis.

D&D n°695 – Le marketing mensonger, ça marche.

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

« Un froid d’enfer » de Joe R. Lansdale

Bête et ignorant que je suis, je m’achète Le sang du bayou, un bouquin dit omnibus de chez Folio policier regroupant trois romans censés se passer en Louisiane. Vu ma fascination pour cet endroit du monde (merci Burke), je m’attends à ce que ces histoires (d’un mec très connu que je n’ai jamais lu) se déroulent dans cet état. Vous aussi, a priori ? Eh ben non, ce Un froid d’enfer est une histoire qui se passe au Texas. C’est à côté, d’accord, et il y a des bayous dans le Texas de l’Est. Bon d’accord, je ne savais pas et je ne dois pas être le seul.

Sinon, je suis heureusement surpris par le style et l’esprit de ce polar ( ?) noir où on suit les mésaventures d’un imbécile beau gosse qui se retrouve dans une caravane de freaks – je ne savais pas qu’il en existait encore en 1999. Son parcours intellectuel vers le mieux, moins raciste, moins con, est perturbé par une splendide garce qui le manipule. C’est un peu vulgaire, un peu rigolo, un peu trash dans le descriptif des cadavres, un peu sexy avec de la baise, et quelquefois poétique dans les ambiances et paysages.

On accroche facilement en lisant avec un petit sourire en coin. Et la catastrophe finale attendue n’est pas vraiment celle qu’on croyait.

Bien sûr que je vais lire les autres romans.