D&D n°683 – Alors, Nobel ou pas ?

5ba4e6cad0e065cb9f1dd338e4475874
« 1Q84 », livre 3, de Haruki Murakami

Après mon énième échec à tenter de lire Priest, je reprends cet autre auteur adulé de tous, mais de moi aussi cette fois. Après les livres 1  et 2 , il m’aura fallu presque deux ans pour finir cet énorme roman.

Pourtant, comme les précédents tomes, les centaines de pages ont été lues en quelques jours. Parce que Murakami sait y faire. Il vous entraîne dans son monde parallèle avec une grande facilité.

Dans ce troisième volet, il ajoute un troisième narrateur, et c’est par lui que passe l’humour. Ce vilain bonhomme n’a pourtant rien pour plaire, physiquement comme moralement. Mais lui aussi, comme Tengo et Aomamé, voit deux lunes dans le ciel, lui aussi est en 1Q84.

Le dénouement arrive, accompagné d’événements inexpliqués et illogiques, comme le comportement des Précurseurs, la méchanceté du collecteur de la redevance de la NHK ou l’irruption des Little People.

C’est toujours très lent et souvent répétitif, mais poétique et subtil. Il y a même un peu de suspens, pour entretenir cette trop longue histoire où il ne se passe pas grand-chose mais qui finit bien, contrairement aux histoires d’amour en général.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s