D&D n°679 – D’une confondante banalité.

003548539

« Le testament de Jessie Lamb » de Jane Rogers

En partant d’une idée de SF – pas forcément très originale –, Jane veut nous entraîner sur 360 pages dans la tête d’une adolescente qui a choisi de mourir.

Alors au début ça va, on attend le pourquoi de sa situation. Et une fois qu’on le sait c’est un bavardage incessant et d’un intérêt limité. Je me suis arrêté vers la page 200. Bel effort quand même, me dis-je.

Les motivations de Jessie ne tiennent pas debout une seconde, la psychologie des personnages est à dimensions variables, parfois incohérente mais toujours d’une confondante banalité, et/ou la gamine est particulièrement idiote.

Avec l’idée de départ, que je ne dirai pas au cas où certain(e)s achèteraient ce bouquin (je connais des pervers(e)s qui se précipitent sur ce que je n’aime pas), Jane aurait pu écrire une nouvelle.

L’idée me vient soudain que ce doit être de la littérature pour jeunes filles (qui n’ont pas lu grand chose par essence) puisque c’est le journal d’une ado. Ils devraient prévenir chez FolioSF, même si ce truc a obtenu le prix Arthur C. Clarke (pauvre de lui…).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s