D&D n°632 – Un chef d’œuvre absolu.

5953_765172
« Le Voyageur du Mésozoïque » de André Franquin

Dans mon dernier bifton, j’ironisais sur la littérature ou les séries télé pour adulescents. Et pourtant, je voue une admiration sans borne à certains auteurs de bandes dessinées qui publiaient dans des journaux que j’achetais enfant, comme Franquin ou Tilleux. J’ai lu cette histoire à neuf-dix ans ! Et non, je n’y vois aucune contradiction. Aujourd’hui, plus proche du septua que du sexa, quand je relis pour la quatre-vingt-douzième fois (environ), cette aventure de Spirou et Fantasio, je continue à y découvrir des détails et la larme admirative (et nostalgique) me vient vite à l’œil.

C’est d’ailleurs plutôt une aventure du Comte de Champignac, et du marsupilami, que de nos deux héros, dont l’un passera toute l’histoire à être enrhumé. C’est de la science-fiction, oui, avec du réalisme scientifique dedans, oui, mais avec le bouchon poussé juste un peu trop loin, quand le dinosaure arbore des taches rouge et jaune ou que ce végétarien avale par distraction un savant atomiste des plus antipathiques (une première dans le genre, cette mort en direct).

Franquin est à cette époque, vu de ma fenêtre de non-spécialiste, au sommet de son art, de la qualité inimitable de son dessin à l’humour de ses textes. On peut y lire les plus beaux discours de Monsieur le Maire de Champignac, friand de formules sans queue ni tête. On peut y voir tout le mépris que portait l’auteur aux militaires et à leurs armes. On peut admirer chacune des pages dont aucune n’est banale. On peut lire et relire cette histoire sans jamais s’en lasser.

J’espère qu’on trouve cet album (sorti en 1960 ?) dans toutes les médiathèques et autres équivalents à disposition des gens de tous âges dans ce pays qui ne ressemble plus à grand-chose, mais aussi en Belgique d’où il vient et dans toutes les francophonies du monde.

Publicités

2 réflexions sur “D&D n°632 – Un chef d’œuvre absolu.

  1. Je n’ai jamais lu un seul album de « Spirou et fantasio » et n’ai parcouru qu’un seul « gaston lagaf ».
    De Franquin je ne connais que « Idées noires ».
    Bref, toute une éducation à faire…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s