D&D n°629 – Le dôme rétractable.

photo-under-the-dome

« Under the Dome », saison 2 (2014), série créée par Brian K. Vaughan d’après Stephen King.

Après une première saison compliquée, rien ne s’arrange sous le dôme. Pourtant, on peut en sortir et y retourner. C’est le message essentiel de cette deuxième saison, riche en personnages nouveaux (une voyageuse du temps (oui, pas moins), la prof de sciences à l’éthique douteuse, la meuf du Big Jim, prophétesse par peintures, et d’autres).

Il y a toujours un nouveau problème existentiel posé par ce truc au-dessus de Chester Mill : plus d’air ou une pluie qui brûle, ou plus rien à manger, etc… jusqu’au bouzin qui se rétracte et fait trembler la terre. Et chacun et chacune se croit l’interlocuteur choisi par ce truc sorti d’un œuf qui change de couleur et fait voler les papillons Monarch.

Les caractères se trempent avec le temps et les personnages ont un passé. Pour l’avenir, rien n’est moins sûr. Sans faire son Martin de GoT, Stephen et ses coscénaristes en font mourir quelques-uns…

Il y a aussi de remarquable dans cette série, à mon très ô combien humble avis, une très belle actrice canadienne (rousse, en tout cas dans la série) et une ado remarquablement moche (pour attirer la sympathie, sans doute). Et le méchant, bien qu’avec des moments d’humanité, est un vrai gros méchant.

Comme dans la saison précédente, on suspend bien fort son incrédulité et son rationalisme afférent (« y relatif » disent les Romands) et on se laisse embarquer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s