D&D n°620 – Mea culpa, mais pas maxima.

Cherudek-de-Valerio-Evangelisti
« Cherudek » de Valerio Evangelisti

Plus d’un mois, environ, pour lire ce bouquin. Mais, comme j’ai été au bout, me voilà en « droit » d’en causer un brin. Ça faisait un bail de lurette…
Le gus et son anti-héros (la pire des ordures extrémistes religieuses catho, un inquisiteur tortureur et tueur, espinguouin avec un nom boche, Eymerich) m’avaient – jusque-là – plutôt énervé qu’emballé.
Dans cette histoire qui se passe, comme d’hab’ avec Valerio, en plusieurs temps (là c’est milieu XIVe siècle, de nos jours et jamais, ou temps zéro suspendu), on parle de purgatoire, d’hérésie, d’alchimie et de métaphysique, un max, et du monde qui est triple : celui du corps, celui de l’âme et celui de l’esprit.
Juste pour vous donner une idée. Je ne suis pas érudit – j’ai fait caté mais y a longtemps – et n’ai jamais lu de traités en latin, ni ne sais rien des haines entre dominicains et franciscains. Alors, toutes ces références, pour moi, c’est comme Lovecraft et Le Nécronomicon de l’arabe dément. Il peut bien me citer qui il veut, Evangelisti au nom prédestiné, je n’irai pas fouiller la toile pour ça. Bref, ça discute ferme sur toutes sortes de choses, et on suit tous les méandres filandreux de la psychologie de l’inquisiteur au cœur froid, mais qu’une petite fille blonde pourrait émouvoir, tellement ils sont tordus, ses méandres.
Il y a aussi des aventures, de l’action quoi, des zombies (mais oui mais non, en fait moribonds), quelques tortures – le gore est tellement tendance – et d’autres joyeusetés : femmes laides et sales, insectes sanguinolents, crasses diverses et excréments.
Le roman m’a quand même accroché (relativisons, hein, un mois c’est très long) puisque je voulais connaître la fin. Valerio est un pro, et son traducteur Serge Quadruppani un sacré écrivain. Il y a aussi, dans le fatras métaphysico-troppo, une hypothèse qui m’a bien plu sur les hallucinations collectives. Non je ne spoilerai pas, tralala.
Ah oui, pour rigoler, il faut lire autre chose, mais vous le saviez déjà.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s