D&D n°612 – La preuve par l’expérience.

grandsmomentsdesolitude1
« Grands moments de solitude » de Gudule

Maintenant que je suis retraité (pensionné, pour être précis), j’ai plein de temps pour faire ce que je veux, dont lire. Parce que lire a toujours été, du plus loin que je me souvienne, une source de plaisir. Mais elle n’est pas facile à obtenir, cette satisfaction. Elle est même relativement rare.

Ces dernières semaines, j’essaye plein de bouquins. Je m’interromps souvent après une trentaine ou une cinquantaine de pages. Ce livre n’est pas pour moi ? Bon d’accord. D’autres fois je me force pour aller plus loin, pour essayer de finir, même si je dois sauter des paragraphes que je juge abscons (mon dernier bifton par exemple, ou d’autres dont je ne dirai rien et ça vaut mieux pour tout le monde). Ce qui fait que je peux mettre une semaine ou plus pour achever un roman (le standard étant passé de 200-250 à 450-500 pages pour des raisons que je ne comprendrai jamais).

Mais, heureusement pour moi, il m’arrive de ne pas pouvoir lâcher un bouquin commencé et de le finir en deux jours. Parce que c’est bon, tout simplement. Celui-là, le énième de Gudule dont je vous cause, n’est pourtant pas un thriller haletant. Loin s’en faut. C’est un livre de souvenirs, de 216 anecdotes ou petites choses de la vie. Mais c’est bon. Parce que c’est drôle, c’est mordant, c’est tendre. C’est aussi édifiant sur le monde de l’édition depuis les années septante, la Belgique de la décolonisation, et les gens en général, leurs grandeurs et leurs bassesses, celles des autres et celles de l’auteur. Elle n’hésite pas à dire ses secrets, parfois honteux, voire même inavouables, mais toujours avec pudeur, distance et ironie sur elle-même.

C’est une grande dame de la littérature francophone, mais c’est aussi une femme simple qui déteste la bondieuserie de ses parents, une mère lionne prête à tout pour défendre sa progéniture, une militante, une amoureuse, une petite fille qui fait bien des bêtises, une rêveuse, et bien d’autres choses encore. Lisez Gudule !

P.S. : La couv’ et les rares illustrations sont d’Edika.

P.P.S. : Ces textes sont parus sur son blog et le tome 2 y est actuellement en lecture libre. Zyva, les gens !

Publicités

2 réflexions sur “D&D n°612 – La preuve par l’expérience.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s