D&D n°569 – Allez, y avait longtemps…

9782070450954

« La magnificence des oiseaux » de Barry Hughart

Zyva les gens, hurlez sur mon goût de cabinet : en v’là d’la daube selon HB, en v’là !

Normalement, quand on est bien comme il faut, on lit jusqu’au bout ce que des gentils  vous envoient (à leurs frais) en lecture. Mais il y a des vieux grognons, comme moi, qui amènent aussi peu d’acheteurs qui le détestent que ne le font les dithyrambiques qui racolent. Enfin, c’est ce que disent les économistes de pouêt dont je ne partage pas l’éducation.

Alors non, quoi, quatre chapitres lus en sautant les longues litanies de vraies fausses chinoiseries, censées être drôles (enfin, j’imagine), mais pas du tout. Une fausse Chine avec un faux costaud et un faux sage, avec plein de fausses légendes dont on n’a rien à faire autour. Ce sera sans moi qui ai pourtant zappé de longs paragraphes. Au dos, on évoque Pratchett qui ne m’a jamais fait rire (pour expliquer).

Inutile d’insister, pour moi comme pour vous, lecteurs. Sachez que même les difficiles comme la grande Cachou ou ma copine Sandrine, avec qui je partage parfois, quoique rarement, mon mauvais goût, ont bien aimé. C’est d’ailleurs l’opinion générale des blogueux, chroniqueurs et critiques du microcosme. Notez qu’en FolioSF c’est moins cher qu’en Lunes d’Encre mais ça reste, pour votre Henri, complètement illisible et inutile.

Ainsi vont les choses de la vie d’un mécréant, qui est passé à autre chose après avoir perdu une heure.

P.S. : Ce n’est certes ni la première ni la dernière heure perdue à essayer de lire des trucs, mais comme Barry n’est pas un gus de la SFFF, je m’autorise un râle, qui ne surprendra pas grand monde.

Publicités

8 réflexions sur “D&D n°569 – Allez, y avait longtemps…

  1. Pratchett ne me fait pas rire non plus, mais maître Li, si. Bien sûr qu’il est trop tout, trop vieux, trop chinois pour qu’on y croie vraiment, mais c’est ce qui fait rire. Enfin ceux qui savent 😉
    Bon allez, le billet Tarvel arrive bientôt qui nous mettra d’accord, pour une fois.

  2. Je n’aime pas du tout Pratchett, il a un humour trop insistant que je trouve trop vite lassant. Ici, je n’ai pas ri mais souvent souri et c’est déjà beaucoup.

  3. Bonjour,
    Lu lors de sa parution chez Lunes d’Encre, je n’en garde que de très vagues souvenirs; ceux d’un roman sympathique, plus ou moins inventif, mais en réalité plutôt insignifiant et artificiel. Hughart me semble assez surestimé à l’instar de Pratchett. Par ailleurs, j’avais essayé la deuxième aventure de Maître Li et là, catastrophe : un affreux imbroglio franchement incompréhensible et profondément ennuyeux. Cela dit, « la M. des O. » me paraît trop élégamment écrit pour le qualifier de « daube »; il y a quand même bien pire ! Quoiqu’il en soit, mieux vaut lire les classiques de la littérature chinoise. Je vous recommande chaleureusement, si vous en avez le courage, « le Pélerinage en Occident » de Wu Cheng’en (en Pléiade), un véritable trésor inépuisable et incomparable.

    • Mes critères de « délice » ou de « daube » sont très personnels. Dans ce cas précis je me suis ennuyé et énervé. Je note votre suggestion et vous remercie de passer en ces lieux. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s