D&D n°559 – Hommage à Papy.

1386787-gf

« Chansons de la Terre Mourante, tome 1 », anthologie de Gardner Dozois et George R.R. Martin

Publié aux States en 2009, Jack Vance a eu le temps de préfacer le bouquin avant de casser sa pipe. Les éditions ActuSF prennent des risques, mais pas trop quand sont mises en avant les fameuses initiales qui grondent et que tout le monde adule depuis la série télé  tirée de l’interminable Game of Thrones. Les anthos ont plus d’inconvénients que d’avantages pour un lecteur pénible comme moi. Je vous renvoie aux nombreux biftons les concernant.

Mes souvenirs de lecture de Vance sont mitigés, de plutôt bons de ma jeunesse lointaine (Tshaï au CLA, Cugel l’Astucieux) ou moins lointaine (Lyonnesse en Pocket) à beaucoup plus ennuyeux récemment (Durdane en FolioSF). J’admets volontiers que c’est un grand bonhomme de la SF et de la fantasy. Là, un certain nombre de dites « grandes plumes » d’aujourd’hui font du Vance, tendance magie plein pot.

Alors ça passe ou ça casse, selon les plumes et selon les lecteurs, comme c’est la loi des recueils. Sans rentrer dans les détails, on a, dans tous les cas, un maximum de noms impossibles pour les personnages, les animaux et les autres êtres fantastiques, et des litanies de sorts aux termes évocateurs. Cherchez l’humour ! Il y en a aussi pas mal dans ces nouvelles. Comme pour le reste, chacun sa définition de la chose.

Sur les sept nouvelles avec des magiciens, sans aucun fond mais qui peuvent être plaisantes à lire, j’en ai laissé tomber trois après quelques pages, celles d’un auteur inconnu de moi (Terry Dowling), d’un autre que je n’ai jamais apprécié (Glen Cook de La Compagnie Noire   et de Garrett) et d’un que je n’avais jamais lu (Jeff VanderMeer).

P.S.: Il semblerait que je passe par une période moyenne concernant mes lectures depuis Wyndham. Et je ne parle plus de toutes celles du microcosme grenouillesque essayées entre-temps. Personne ne supporte de ne pas être encensé et j’ai déjà trop d’ennemis.

Publicités

2 réflexions sur “D&D n°559 – Hommage à Papy.

  1. Je n’avais jamais lu Vance avant, j’avoue qu’à part la première nouvelle, je n’ai pas accroché au recueil.
    Question lectures SFFF, j’ai été positivement surprise par « Les faucheurs sont les anges », dont je vais parler ce soir ou demain, je ne sais pas encore. Si jamais tu l’as, tente-le, tu pourras peut-être aimer. Les périodes moyennes de lecture sont embêtantes, rien de mieux qu’un bon petit livre pas bouleversant mais prenant pour en sortir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s