D&D n°558 – La fantasy en 1633.

couverture-31701-pevel-pierre-les-lames-du-cardinal-2-l-alchimiste-des-ombres

« L’Alchimiste des Ombres » de Pierre Pevel

J’avais apprécié le début  de cette – devinez. Non ? Si ! – trilogie , parce que c’est vrai que ça changeait de mes lectures habituelles: une histoire de mousquetaires ou équivalents, à la Dumas, mais avec des dragons dedans. C’est par là.

Pourquoi pas ? D’autant que le Pierre écrit à la manière du Grand Ancien (non, pas Chtulhu, Alexandre) en forçant légèrement sur l’ampoulé mais ça passe bien dans ce cadre. Après le trop moderne argentin, ç’aurait dû me faire du bien. Si fait, cela le fit, mais une autre lassitude me prit.

La lenteur du récit et sa longueur commencèrent alors à m’ennuyer. Les entourloupes et intrigues incessantes à plusieurs niveaux, le grand nombre de personnages que je n’arrivais plus à distinguer les uns des autres, les précisions détaillées sur la géographie parisienne sous Louis XIII, les invraisemblables dragons déguisés en hommes, tout cela finit par me faire languir.

Alors, certes, l’auteur a beaucoup travaillé sa documentation en Histoire et Géographie, mais il a un peu zappé la Biologie. Les dragons sont là depuis toujours, capables de prendre forme humaine alors qu’ils détestent ça et en souffrent, de faire, ces reptiles, des hybrides avec les humains, de produire des sous races intelligentes (dracs, dragonnets et vyvernes) et, encore plus fort, de faire des vrais jumeaux d’un même œuf mais de sexe différent. Il y a un moment où, à force de s’essayer à suspendre son incrédulité, on n’y parvient plus.

Et puis, malgré tout, si j’aime me distraire et m’évader en lisant, je ne déteste pas qu’il y ait un fond, voire un vernis discret, de philosophie derrière. Mais là, que nenni, que des intrigues, cavalcades, jolies dames et galants messieurs en pourpoints cramoisis qui se battent sans vraiment savoir pour qui (le roi, la reine, le cardinal ou le pape) ni surtout pour quoi.

Alors bon, on va arrêter là avec le roman de cape et d’épée à la mode Bragelonne, c’est-à-dire avec de la fantasy dedans.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s