D&D n°538 – Trop c’est trop.

L-insoumis

« L’insoumis, Les livres des rai-kirahs, II » de Carol Berg

Parmi tous les bouquins essayés, abandonnés, retentés, puis définitivement laissés de côté, dont je vous causais dans le dernier bifton, un avait survécu. Celui-là, de la fantasy pur sucre avec magie, démons, métamorphoses et tout le toutim, vient de rejoindre les autres.

J’avais lu sans mal et avec plaisir le premier tome de cet énorme bouzin à rallonge. Et cette suite ne démarrait pas mal, pas compliqué et linéaire. Bien sûr que le héros est reparti dans les ennuis et les questionnements. Là, c’est son peuple, et même sa meuf (qui est la Reine en plus), qui l’obligent à accomplir une autre quête. Et, encore une fois, il retombe dans les douleurs indicibles. Ce ne sont plus celles de l’esclavage, c’est carrément l’enfer chez les démons.

Mais là, plouf, j’en ai marre. Des chapitres entiers de souffrances et de différentes façons de mourir pour le retrouver intact quand même, pas du tout mort, mais qui continue. Alors ça va. Pondre des kilomètres de phrases pour dire la même chose, tirer sur l’élastique pour arriver à un nombre insensé de pages pour raconter un truc qui tient dans un paragraphe, j’en ai marre. J’arrête page 479 sur 745 et jamais je ne continuerai (parce qu’il y a bien sûr un troisième tome),

C’est quand même bizarre la littérature d’aujourd’hui, où on applique un principe sans doute valable pour d’autres choses : plus c’est long, plus c’est bon. Mais d’où sort donc ce concept ? Les auteurs seraient-ils rétribués au nombre de pages ? Ou sont-ce les lecteurs qui n’aiment rien tant que lire pendant des semaines la même chose ?

Publicités

5 réflexions sur “D&D n°538 – Trop c’est trop.

  1. La longueur est le premier commandement des tables de la loi de la fantasy. A moins de 3000 pages, c’est pas sérieux….
    Une belle exception : Sabre de sang de Thomas Geha. Deux tomes passionnants et relativement courts.

  2. Un contre exemple, quand même : la trilogie « Underworld USA » de James Elllroy. Trois tomes de 800 pages chacun. Ok, ça peut effrayer. Mais quelle incroyable plongée dans l’Amérik des années 60. Les frangins Kennedy ivres de sexe et de pouvoir, la pieuvre mafieuse, le Vietnam, la baie des cochons, le KKK, Richard ‘tricky dicky’ Nixon, Martin Lucifer King, John E Hoover et tant d’autres, ils sont tous là. Le tout porté par un style d’une incroyable puissance. Un tsunami littéraire dont les seules rescapées sont les personnages féminins. C’est long, mais surtout c’est magistral, kolossal ! Indispensable. Ok,c’est pas de la SF, mais y’a pas que ça dans la vie.
    Ah oui, j’oubliais : après le délice de chacune des 684 pages de ‘Gagner la guerre’, Jaworski sort en août sa trilogie des ‘Rois du monde’. C’est bien le diable si au total ça n’atteint pas les 900 pages. Mais ce gars là écrit tellement bien que, même s’il projetait de réécrire les pages jaunes, je me précipiterais pour acheter ses bouquins.
    Mais je suis bien d’accord : faire long n’est pas à la portée du premier venu.

  3. On reprochait à Dumas de tirer à la ligne, mais les écrivains d’aujourd’hui, surtout en Fantasy, font souvent de même.
    C’est d’ailleurs l’une des raisons qui me freine dans mes lectures du genre. Difficile en effet de trouver une histoire qui ne soit pas un dyptique, une trilogie, un cycle ou une saga. Et le plus souvent la longueur n’apporte pas grand chose à l’intrigue.
    Quelques exceptions cependant du côté frenchie, même si ça date un peu : Khanaor de Berthelot, et L’hétéradelphe de Gane de Frémion. C’est pas de la Fantasy à la Howard avec tout plein de combats, mais c’est beau, bien écrit, hyper inventif : le dépaysement est là et en 200 ou 300 pages c’est bouclé !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s